Fabrice Rossignol : « Nouer et animer des relations de proximité avec le monde socio-économique »

Fabrice Rossignol, nouvellement nommé Directeur Général de la Fondation partenariale, répond aux questions de l’équipe pour se présenter, nous parler de l’importance du lien entre l’Université et les acteurs du territoire, ainsi que sa vision de la Fondation. Nous lui souhaitons la bienvenue au sein de la Fondation partenariale de l’Université de Limoges et le remercions pour son investissement.

 

La Fondation partenariale est ravie de vous voir rejoindre l’équipe. Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes à nos membres fondateurs et partenaires ?

Fabrice Rossignol, 52 ans, Directeur de Recherche au CNRS affecté au laboratoire IRCER (Institut de Recherche sur les Céramiques). Mes activités de recherche portent sur la mise en forme des céramiques et plus particulièrement sur les technologies d’impression 3D et l’usine du futur.

Je suis titulaire d’un Doctorat de l’Université de Limoges (1995). J’ai ensuite effectué un post-doctorat au Japon de 1996 à 1998. A mon retour, j’ai intégré le Groupe allemand BOSCH comme responsable technique dans une usine. J’ai ensuite été recruté au CNRS en 2001 et affecté à l’IRCER. J’ai été responsable de l’équipe « procédés céramiques » de l’IRCER de 2007 à 2017. Depuis 2018, j’en suis le Directeur Adjoint en charge des relations partenariales industrielles. Enfin, je suis impliqué depuis longtemps dans différentes structures d’innovation/valorisation (Centres de Ressources Technologiques, Pôles de Compétitivité, comité Pour l’Innovation et la Valorisation de l’Université et autres structures régionales de types R3), ainsi que dans le réseautage international à travers divers projets européens.

 

La mission principale de la Fondation est de rapprocher le monde académique du monde socio-économique en co-créant de nouvelles initiatives. A votre avis, pourquoi ce lien entre l’Université de Limoges et les entreprises et collectivités de notre territoire est-il essentiel ?

La Fondation Partenariale de l’Université de Limoges participe à part entière au développement territorial. Elle est donc avant tout au service de son territoire et des forces vives qui l’animent (étudiants, entreprises, collectivités, etc.).  A ce titre, elle se doit de nouer et d’animer des relations de proximité avec le monde-socio-économique qui l’environne, d’être à l’écoute des besoins de ce dernier et d’identifier les synergies pertinentes avec le monde académique, de prendre en compte la dynamique des écosystèmes dans sa stratégie et d’y participer en anticipant les réponses aux grands enjeux sociétaux. Compte tenu de ces prérequis, la Fondation Partenariale est un dispositif stratégique de promotion et de développement de l’Université dont elle dépend, et ce dans tous les domaines correspondant à ses missions prioritaires : recherche d’excellence, formations attractives et vie étudiante dynamique. Financée par des dons (ce point est crucial), la Fondation est un vecteur d’innovation et de valorisation.

 

En 2021, la Fondation partenariale renouvelle ses membres fondateurs et son plan d’action pluriannuel. Quelle est votre vision de la Fondation et quels projets souhaitez-vous voir réalisés ?

Je souhaite tout d’abord remercier tous les acteurs, membres fondateurs, contributeurs industriels et particuliers, qui ont permis à la Fondation Partenariale de l’Université de Limoges d’assurer ses missions depuis sa création en 2011. Cet historique et les leçons à en tirer seront pris en compte lors du renouvellement du plan d’action pluriannuel. Celui-ci devra respecter les attendus des différents acteurs territoriaux. A titre plus personnel, ma vision de la Fondation est celle d’un Think Tank (Laboratoire d’idées) territorial décloisonné entre le monde socio-économique et le monde académique. L’enjeu premier de la Fondation est bien là. Laissons les idées s’exprimer. Ne soyons pas avares d’idées. Donnons leurs une tribune, une écoute. Ces idées sont, en amont, le vrai moteur du développement. Ensuite seulement vient l’heure des choix et l’établissement des priorités en fonction de différents critères au titre desquels j’aimerais promouvoir, comme tout à chacun je suppose, les grands enjeux que sont : l’énergie et l’environnement dans une logique de développement durable et de responsabilité sociétale, la santé globale et la bio-ingénierie, la société de l’information et le numérique, les transports, etc.

Pour terminer, j’aimerais revenir sur la notion de développement. A mon sens, ce développement (D) obéit à une loi mathématique simple : D=(dI/dt) x budget, avec « I » les idées et « t » le temps. Plus les idées sont nombreuses et plus le temps pour les mettre en œuvre est court, plus le développement est favorisé. Le rôle de la Fondation à travers ses activités (animations, chaires d’excellence en recherche, bourses, etc.) et son organisation (stratégie, management) est de maximiser ce terme « dI/dt ». Le reste dépend du budget et sans vos dons nous ne pourrons pas mener d’actions d’envergure.

 

 

Merci Fabrice Rossignol d’avoir répondu à cette interview.


Interview réalisée en mars 2021