Sébastien Alessandrini : « Développer ensemble une vision plus large de nos enjeux futurs »


Sébastien Alessandrini est depuis février 2019 président du Syndicat Routes de France. Ce syndicat regroupe 15 entreprises adhérentes qui construisent et entretiennent le millier de kilomètres de routes en Limousin. Le syndicat a récemment rejoint la Fondation en tant que donateur-membre associé afin de nous accompagner dans les projets mettant à l’honneur la créativité, l’excellence et l’innovation des étudiants.

 

Sebastien Alessandrini, vous êtes président du Syndicat Routes de France. Pourriez-vous nous présenter votre structure en quelques mots ?

 

Le syndicat Routes de France – Limousin est une émanation territoriale du syndicat national Routes de France.

Il s’agit du regroupement des entreprises de l’industrie routière sur l’ex-territoire Limousin qui construisent et entretiennent les milliers de kilomètres de routes, aménagent les rues et les entretiennent.

Sur l’ex-territoire limousin, c’est environ 150 millions d’€ de CAen 2017, soit plus de 1 000 employésdu secteur de l’industrie routière.

Le syndicat Routes de France donne de la visibilité à notre activité et à nos entreprises par diverses actions :

  • Fédérer, représenterles industriels et entrepreneurs du secteur des infrastructures de mobilité et de l’aménagement urbain
  • Être une force de propositions pour défendre, promouvoir, valoriser la profession auprès des différents acteurs économiques et politiques.
  • Être un vecteur de promotion de la rue, la route et des mobilités.
  • Évoluer dans une logique de proximité: Routes de France fédère 12 syndicats régionaux
  • Proposer des solutions et une vision prospective en dialoguantavec tous les acteurs publics, privés et associatifs pour mieux préparer les infrastructures aux besoins de mobilité de demain

 

En 2018 vous avez participé à la première édition du challenge étudiant Com.e.T. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

 

Nous avons souhaité participer au challenge Com.e.T. à la suite de plusieurs constats.

Nous nous retrouvons face à un vieillissement de la population, et un changement de nos modes de déplacement et de consommation. Dans ce contexte, la route n’est plus seulement un outil de mobilité : elle a de vraies prérogatives de cohésion sociale et de maillage du territoire (meilleure accessibilité aux services, utilisations différentes de la route, nouveaux modes de transport etc.)

COM.E.T. a été l’opportunité de donner la parole aux jeunes étudiants de diverses formations pour mieux connaitre l’utilisation qu’ils feront de la route de demain.  Cela a également été l’occasion de leur faire découvrir nos métiers et nos actions.

Les travaux de divers étudiants ont pu être repris et présentés dans différentes réunions de travail, afin d’ouvrir et de prendre connaissance des attentes de nos futurs usagers de la route. De plus, ces échanges ont été relayés au niveau national qui porte un intérêt certain à l’ouverture de nos sujets à de nouvelles perspectives.

C’est avec plaisir, que nous participons à l’édition 2019 de COM.E.T. pour échanger avec les étudiants sur une problématique que nous leurs proposerons.

 

Cette année, vous avez rejoint la Fondation en tant que donateur – membre associé. En quoi cette relation entre votre Syndicat, l’Université de Limoges et sa Fondation vous paraît-elle essentielle aujourd’hui ?

Le syndicat s’agrandit et élargit son expertise afin de répondre aux attentes de demain : réduire nos déchets, construire durablement, adapter la route aux nouveaux modes de transports.

Devenir membre associé et donateur de la Fondation partenariale représente une opportunité de travailler sur de nouvelles perspectives. Nous rapprocher du monde universitaire et des étudiants nous permet de répondre aux attentes de nos entreprises et de mettre en lumière nos opportunités d’emplois.

De plus, devenir partenaire de l’Université de Limoges et de  la Fondation partenariale, c’est construire un lien fondamental pour notre territoire, pour raccrocher et donner la parole aux étudiants et chercheurs afin de développer ensemble une vision plus large de nos enjeux futurs.