Samy Issaoui : « Mes années d’étude à Limoges ont été riches tant sur le plan universitaire que personnel. »


Samy Issaoui est ancien étudiant de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Limoges et travaille aujourd’hui pour Research Partnership à Londres, le leader dans le domaine des études de marché en santé, où il est responsable du développement commercial.

Il nous raconte pourquoi il a été parmi les premiers à adopter sa chaise et pourquoi vous aussi, vous devriez en adopter une !

 

  1. Si tu devais qualifier la chaise que tu as fréquentée pendant tes années universitaires, que dirais-tu ?

Pour moi, la réponse est facile : il s’agissait indéniablement d’une chaise voyageuse. En effet, j’ai effectué ma deuxième année de Licence LLCE à Erlangen, grâce à ERASMUS.

J’ai prolongé mon parcours à l’international, en travaillant comme Sales Executive dans une agence de traduction en Ecosse, puis comme assistant de français en Autriche. Ensuite, j’ai fait une école de commerce, durant laquelle ma chaise et moi, on était moitié en entreprise, moitié en salle de cours ; cela m’a permis de me spécialiser dans le business développement à l’international.

 

  1. En général, dans ton métier, tu es du genre à rester assis bien confortablement ou à bouger de chaise en chaise ?

Je travaille aujourd’hui pour Research Partnership, le leader dans le domaine des études de marché en santé, où je suis responsable du développement commercial.
Mon métier me demande d’être constamment en mouvement afin de faire résonner notre marque sur le territoire européen. Tous les jours, je mets en place des actions pour développer les meilleures approches commerciales.
Mais je sais aussi me poser afin de consolider, jour après jour les relations que j’entretiens avec nos clients.

 

  1. Sous le hashtag #AdoptDontShop sur les réseaux sociaux, les institutions de protection des chaises préconisent plutôt d’adopter une chaise abandonnée que d’en acheter une nouvelle. Que dirais-tu aux personnes qui hésitent encore à adopter leur chaise à l’Université de Limoges ?

Mes années d’étude à Limoges ont été riches tant sur le plan universitaire que personnel. Je pense tout simplement que c’est à mon tour de faire un petit geste, en souvenir du bon temps, mais surtout pour aider à préserver le cadre de travail fourni par l’Université.

En plus, je trouve cette initiative vraiment géniale car elle permet de célébrer le passage des anciens et donne de la visibilité sur les parcours post-bac.