Emna Zghal


Originaire de la Tunisie, j’ai fait mes premiers pas en Université dans mon pays d’origine, à la faculté de droit de Sfax. J’ai obtenu là- bas ma licence et mon Master I. Mais, comme la plupart des jeunes, dès le début, je rêvais de partir à l’étranger non seulement que les opportunités à l’étranger sont plus importantes mais parce que j’avais toujours en moi une soif de la découverte, du voyage, de l’aventure. Je savais toujours, instinctivement, que mes études peuvent être le moyen pour réaliser ce rêve. Cela dit, tout au long de mon cursus, j’avais de bonnes notes. À la fin du Master I...

Originaire de la Tunisie, j’ai fait mes premiers pas en Université dans mon pays d’origine, à la faculté de droit de Sfax. J’ai obtenu là- bas ma licence et mon Master I.

À la fin du Master I, j’ai décidé de poursuivre mes études à Limoges, et ce, pour plusieurs raisons : les bonnes relations qu’entretiennent ma Faculté d’origine et la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de Limoges, l’excellente formation au sein de cette dernière, le challenge que représente la spécialisation en « Droit privé général et européen » en Master II pour une étudiante étrangère, la beauté et le calme de la ville… et la cerise sur le gâteau : une bourse de mobilité internationale offerte par la Fondation afin de financer ce Master II. Bien plus qu’une simple bourse, c’est tout un dispositif mis en place pour accompagner l’étudiant étranger. Avec la bourse, les formalités de l’obtention du visa étaient rendues plus simples et l’installation à Limoges plus aisée. Lors de mon arrivée, j’étais directement logée dans une chambre qui m’a été réservée en cité universitaire et j’ai pu assister à un stage d’intégration linguistique et culturel. Ainsi, au cours de l’année, j’ai pu me concentrer pleinement sur mes études. Tout cela a porté ses fruits. L’année du Master II a été couronnée de très bons résultats. Bien plus, j’étais la major de ma promotion. Aujourd’hui, je continue, encore sur le chemin de la recherche, en préparant une thèse de doctorat financée par la Région du Limousin. Un grand merci à la Fondation qui m’a donné son soutien pendant cette belle aventure.